She got one and she got one, she doesn’t, she does.

I got calm

Banana | via Tumblr sur We Heart It. http://weheartit.com/entry/66240332/via/Tuxooprod

Banana | via Tumblr sur We Heart It. http://weheartit.com/entry/66240332/via/Tuxooprod

Weirdy weirdy…

Ma chambre est vide. Un amas de babiole et d’objet improbable gisant sur la carcasse d’un lit fatigué par les années, c’est tout ce qu’il y reste. Sacrée image, pour une fois je peux clamer que mon entre de vie d’adolescent peut me ressembler; Morose et regroupant un amas de bordel et de connerie au milieu duquel on se permet de retrouver, de temps à autre, quelques choses qui nous fait sourire. Ces gens m’ont vu pendant 20 ans, ces murs m’ont vu pendant 10 ans. On ne voit alors que les dégâts que l’on cause seulement lorsque qu’on quitte cette foutue place? Je viens de plonger, seul ( ou mal entouré au choix ), c’est le moment de peur qu’il disait, et l’adrénaline se met à jouer avec moi. Parlons en de cette saloperie, toujours à broyer les mots et les pensés droites pour ne laisser qu’un foutoir malsain d’idée et de désir. Je me barre, je m’enfuis? Je ne sais même pas. Vider cette foutue chambre ne m’aurait jamais semblé si difficile. La chaleur abrutissant mon esprit encore embrumé, je saisis tour à tour ce qui peuplait la vallée de l’inutilité même au seul sein de mes 2 uniques étagères. Aux milieux de tout ça, SOUVENIR, et merde… cadeau, date, nom, surnom, envie, espoir, désir et peut être même amour pour tomber en l’éternel que j’aime tant croire. J’abandonne un lieu qui me semblait creux, vide de tout et pourtant témoin de tant. J’y laisse alors ma mémoire, elle saura s’y complaire, je ne la sens plus désireuse de m’accompagner. Au revoir cher et tendre amour née il y a de cela 3 ans dans ce qui fut également le berceau de cette unique et déchirante folie qui se seyait entre ces quatre putains de murs avant de s’en échapper pour me suivre.              Ce départ se voit compter compté les marques de tant d’années sur ses murs attaqués, l’encre tachant son papier; les photos rangés de tant de souvenirs, déjà oubliés; les traces de passions toujours aussi puissantes, les figures et les motifs gravés sur tant de feuilles désormais déchirées; Les mots d’un premier amour défait, “Cléo” rougeoyant encore au fond du vidoir. J’ai sauté, merde, j’ai sauté.

drakes-london:

Mogador and Linen

regibean:

When patients were committed to the Willard Asylum for the Insane in Upstate New York, they arrived with a suitcase packed with all of the possessions they thought they needed for their time inside.
Most never left. The mental hospital had an average stay of nearly 30 years. When patients died, they were buried in nameless graves across the street of the asylum. Their suitcases, with all their worldly possessions, were locked in an attic and forgotten.
In 1995, an employee of the mental hospital discovered the suitcases, 400 of them. They date from 1910 to 1960.
Now, photographer Jon Crispin is cataloging each suitcase and opening a window into the lives - and the minds - of the people deemed too unwell to be allowed in society.

Go here for more information and to sign up for notification on further development of the project
http://www.willardsuitcases.com/ If you wish to donate to the project go here: http://www.kickstarter.com/projects/265363123/willard-asylum-suitcase-documentation/posts

blua:

Hello, gorgeous.

20th-century-man:

Louise Brooks

20th-century-man:

Louise Brooks